Ivrée et son Carnaval historique

Ivrée se trouve au sein du Canavais, une zone du Piémont riche en itinéraires œnogastronomiques et culturels.

Des vacances à Ivrée, même de quelques jours, sont l’occasion idéale pour faire des excursions au Parc National du Grand Paradis, si vous aimez la nature, le silence et les paysages époustouflants.

Ou vous pouvez vous lancer sur le tour des 5 lacs qui baignent le territoire ou visiter les anciens châteaux, églises et forteresses.

Si vous optez pour une balade dans le centre historique de l’époque romaine, nous vous suggérons certaines attractions pleines de charme et de beauté.

La Via Francigena (chemin des Francs)

La Via Francigena a représenté depuis le Moyen-Âge l’itinéraire suivi par les pèlerins de toute l’Europe du centre nord pour atteindre Rome, le sein du Christianisme.

La Via Francigena a été l’itinéraire de 1600 km que l’Archevêque a parcouru en 79 jours, un trajet en 90 étapes dont Ivrée est la 45ème.

L’appellation “Francigena” n’indiquait pas seulement un chemin suivi par les pèlerins, mais aussi par les marchands, les Armées, les politiciens et de culture, c’est pour cela que la via Francigena est devenue le point de communication et d’échange et depuis 2004, “Grand Itinéraire Culturel Européen”.

Le Château d’Ivrée

Le Château d’Ivrée fut édifié en 1358 par Amedeo VI de Savoie, le “Comte Vert”. L’édifice devint la demeure raffinée des Savoie et fut embellie par des tapisseries, tapis, argenterie et soies de valeur.

Au cours du il XVIe siècle, le château se transforma progressivement et passa de demeure riche à base militaire et, au XVIIIe siècle, à prison.

Le château est à présent partiellement accessible aux visitateurs au rez-de-chaussée, dans la cour et dans certaines pièces transformées en cachots.

La visite est sur réservation.

La cathédrale

La cathédrale d’Ivrée se trouve dans la partie haute de la ville, près du château et du palais de l’évêché. L’édifice actuel est le résultat de différentes phases de restructuration et d’agrandissement visant le corps de la construction romane originale.

L’ancien édifice roman fut en grande partie démoli à partir de 1785 pour mettre sur pied une nouvelle construction baroque.
Une imposante transformation fut effectuée en 1854 quand la façade baroque fut remplacée par celle actuelle en style néoclassique.

Église de Saint Bernardin
L’église et le couvent ont été bâtis en honneur de St. Bernardin de Sienne en signe de reconnaissance du saint qui, durant son séjour, était arrivé à calmer les discordes entre les citadins de différents hameaux.

La fortune du couvent dura environ deux siècles et fut ensuite victime de dévastations à cause des événements historiques et religieux. En 1907 le couvent fut restauré par l’Ing. Olivetti qui acheta toute la zone.

Il est possible de visiter l’église deux dimanches par mois, entre mai et octobre, ou sur rendez-vous.

Le Musée Maam
Le Musée Maam, inauguré en 2001, s’articule le long d’un parcours piétonnier d’environ deux kilomètres qui intéresse via Jervis et les zones limitrophes où se dressent les édifices les plus représentatifs de la culture des Olivetti, où se trouvent sept stations thématiques d’informations.

Les thèmes illustrés dans chaque station concernent les événements reflétant l’engagement de l’Olivetti dans le domaine de l’architecture, urbanisme, dessin industriel et graphisme publicitaire.

L’usine Olivetti
En 1908 Camillo Olivetti fonde à Ivrée l’Ing. C. Olivetti & C. S.p.A., la “première usine italienne de machines à écrire”. La première machine à écrire est l’M1, présentée en 1911 à l’Exposition Universelle de Turin.

La Société Olivetti dans les années cinquante est leader dans la technologie mécanique des produits de bureau, à la fin de ces années, l’Olivetti investit dans la technologie électronique et met sur le marché l’Elea 9003, le premier calculateur électronique italien.

Au cours des années ’90 où la crise de l’informatique incombe en Italie, la société investit dans les télécommunications et, en 1995 naît l’Omnitel et est fondée Infostrada.

Ivrée et son Carnaval historique

Le carnaval d’Ivrée
Le Carnaval Historique d’Ivrée est le seul au monde à narrer une histoire où les vrais protagonistes sont les personnages d’anciens événements.
Au cours des années, ces personnages se retrouvent pour faire revivre la grâce de la Mugnaia (meunière), la désinvolture du Général, la dignité du Substitut Grand Chancelier, le prestige du Podestà, ile sourire des Abbà et le désordre joyeux des « aranceri ».
L’événement narre la révolte du peuple à l’époque médiévale contre un Baron tyrannique qui faisait du peuple ses esclaves.
Cette révolte est aujourd’hui représentée par la Bataille des Oranges : un grand jeu entre les « aranceri », symbole du peuple rebelle, et les tireurs sur des chars tirés par des chevaux, qui symbolisent les gardes du tyran.

Les Fagioli Grassi du Carnaval (Haricots mijotés)

Les fagioli grassi sont le plat le plus représentatif de la longue tradition gastronomique liée au Carnaval : un plat simple, préparé par les fermiers, avec des ingrédients prisés. Ils sont servis avec de grosses saucisses et de couennes de porc, dans de grands chaudrons, et distribués aux citadins dès les premières heures du dimanche matin.